Jan 03 2010

1ère visite sur Montréal

Publié par dans Les potes,Nos voyages

Enfin !! Après quasiment 5 mois complets sans mise à jour du site, je prends mon courage à deux mains et commence à rédiger nos dernières aventures à Burgerland.

Je commence donc ce tour d’horizon par notre petit week-end au Canada pendant lequel nous avons visité Montréal. Fin août, nous nous sommes enfin décidés à rendre visite à nos amis montréalais, Nicolas et Marie, vieilles connaissances de Grenoble, venu habiter à Montréal environ un an avant notre départ, pour les mêmes raisons que nous.

Comme nous voulions prendre la voiture pour nous y rendre (tout de même 6 heures aller et 6 heures retour) nous avons décidé de partir le vendredi en fin d’après-midi et de revenir le lundi matin (profitant d’un jour férié), nous laissant 2 jours complets pour apprécier nos amis et la ville.
Après 6 heures de route (ou votre serviteur aura tout de même conduit pendant 2h30 !! Qui l’eu cru ;-) ) nous voila enfin arrivés. Après le rituel du cadeau (avec un petit jeu Wii, Sport Resort, pour combler les fins de soirées du week-end) et des bisous/nouvelles, Marie et Nico nous emmènent dans une petite crêperie tout près de chez eux (!!). Je dois dire qu’après quasiment 8 mois de spécialités américaines, c’était vraiment un moment intense que nous avons su apprécier à sa juste valeur. D’ailleurs pour fêter ca me voila à commander des cuisses de grenouilles ! Un délice. ;-) . Nous finirons cette première soirée par la découverte du jeu Wii, avec un Nico au mieux de sa forme sur le jeu de Jet Ski…

Le premier jour, nous avons commencé par un petit brunch qui s’est avéré particulièrement imposant ! A refaire absolument ! Nous avons ensuite continue avec la visite de quelques endroits bien sympathiques dans Montréal : Points de vue panoramiques, petits magasins typiques, coins touristiques, etc…

Lors du deuxième jour, tout aussi rempli, nous sommes allés visiter la jetée, donnant une vue splendide sur Montréal, ou encore le laboratoire de Nico situé dans l’université pour enfin continuer la visite de la ville et des rues marchandes. L’un des moments les plus marquants de cette journée restera tout de même les pains aux chocolats et autres croissants chauds tout frais sorti de la boulangerie locale ainsi que LA spécialité de Montréal, la Poutine : un plat de frites avec une sauce à la viande et au fromage chaud, faisant un plat tout en un, particulièrement bourratif (et extrêmement bon !). Enfin, pour notre dernière soirée Nico et Marie nous réservaient une surprise assez inoubliable : assister à un match d’improvisation, d’une troupe particulièrement renommée, dans un bar dédié ! Un moment magique vraiment !

Le lendemain matin nous avons pris le chemin du départ, la tête remplie de nouveaux souvenirs, et avec la ferme intention de remettre ca très rapidement, sur Boston ou Montréal !! Encore merci les amis, c’était génial !!

Un seul commentaire

Jan 01 2010

Bonne année 2010 !

Publié par dans Général

Un petit bilan de l’année 2009 avec des visites de la famille et des amis, des voyages, et toujours beaucoup de bonheur. Pourvu que l’année 2010 soit aussi bonne !

Nous vous souhaitons à tous une excellente année 2010. Nous espérons vous voir bientôt, peut-être sur Boston ?
Gros bisous,
Eric et Claudia.

Aucun commentaire

Aug 11 2009

Week-end trempé.

Alors que nous subissons l’un des étés les plus mauvais que Boston n’ait jamais connu, nous avons décidé de nous octroyer un petit week-end en amoureux pour aller visiter les chutes du Niagara, histoire de se dépayser un peu.

Map

Départ le vendredi en fin d’après-midi pour l’aéroport de Boston (nous ne voulions pas faire 2 fois 8 heures de voiture pour un simple week-end) pour un vol d’1h30 en direction de Buffalo, la ville américaine la plus proche des chutes possédant un aéroport. Passons les quelques détails sur les problèmes d’avion à Boston nous faisant perdre une bonne heure et ne parlons pas non plus des transports en commun absolument horrible pour aller de l’aéroport à notre hôtel près des chutes, nous obligeant finalement à prendre un taxi.

Suite à toutes les discussions que nous avons eu avec les amis et la famille qui étaient déjà allés aux chutes, nous avons décidé de prendre un hôtel du côté Canadien. L’hôtel étant tout proche des chutes, c’était vraiment parfait pour tout visiter à pied dès le lendemain.

Canandian-side

Juste en passant du coup, et pour ceux qui ne le savent pas, les chutes du Niagara se trouvent à la frontière entre les US et le Canada. Du coup elles se divisent en 2, les American Falls (côté américain) et les Horseshoe Falls (côté canadien) et il est communément admis que les chutes du côte canadien sont beaucoup plus jolies que celles du côté américain, sans compter que l’on peut voir les 2 du côté canadien mais pas du côté américain.

Revenons du coup sur le week-end. Je vous le dis tout de suite, pas la peine de prendre une semaine de vacances aux chutes, tout peut facilement se visiter sur un week-end et à part ça, la région est plutôt morte niveau activités touristiques ou autres… Même si nous avons eu un peu de pluie le samedi matin au réveil, tout c’est finalement dégagé en fin de matinée et nous avons eu droit à un week-end absolument parfait niveau température et ensoleillement.

Canada HorseshoeFalls

Après une visite des chutes canadiennes nous nous sommes dirigés, du côté américain pour faire les célèbres attractions des chutes, disponibles en quantité aux US. Ce petit tour le long de la jetée est bien sympa et permet vraiment d’en prendre pleins les yeux, la force de l’eau qui tombe et nous arrose sous forme de toute petite bruine, c’est super impressionnant.

Une fois du côté américain, l’ambiance est assez différente, nous avions plus l’impression d’être dans un parc d’attraction, avec petit train-trolley pour nous amener aux différents points du parc (les chutes américaines font en fait partie d’un parc naturel) pour rejoindre les coins à visiter ou les attractions des chutes.

Bien entendu tout est très vert et vivant avec un nombre incalculable d’écureuils, oiseaux, etc… Même si tout le parcours est vraiment bondé, on a tout de même cette impression de fraîcheur et de dépaysement (avec le grondement constant des chutes).

Concernant les attractions, elles sont toujours remplies, et la plupart sont particulièrement impressionnantes. En voici une rapide description (du moins de celles que nous avons faites), rien que pour vous faire envie…

Tout d’abord nous avons commencé par “the Maid of the Mist”. Cela consiste à prendre un bateau (avec au moins 100 autres personnes) qui nous emmène au centre des chutes canadiennes (en forme de fer a cheval). Toute cette eau qui tombe, ce courant tellement puissant que le bateau à pleine puissance ne peut plus bouger, et l’eau pulvérisée en mini-gouttelette avec un vent ultra puissant qui nous empêche de respirer par le nez, c’est vraiment vraiment impressionnant. Bien entendu aucune photo n’est possible au centre, a moins de sacrifier son appareil…

Maid of the Myst-3 Maid of the Myst-2

Ensuite nous nous sommes dirigés vers “the Cave of the Winds” qui consiste, encore une fois, à se rapprocher très très près (mais cette fois-ci à pied) des chutes américaines. Encore une fois c’est très impressionnant (encore plus que le bateau je trouve) tellement on peut littéralement sentir la force des chutes sur nous. Juste pour préciser, vous êtes totalement trempés quand vous faites ces attractions, surtout au niveau des pieds. Heureusement ils fournissent des ponchos (sorte de kaway en sac plastique) qui protègent relativement bien.

Cave of the wind-4 Cave of the wind-2 Cave of the wind-3

Nous avons fini la journée par la visite de l’aquarium local (sympa même si celui de Boston est largement mieux) et la visite en long et en large de tous les points de vue disponible pour voir les chutes et les photographier.

Aquarium-1 Aquarium-2

La soirée a été ponctuée par une visite le long de corridor menant de la frontière américaine aux chutes canadiennes, avec des éclairages très réussis projetés sur les chutes américaines et canadiennes.

Night-Horseshoes Night-Bridge Night-American

Le lendemain, encore avec une journée superbe, nous avons commencé par visiter la tour Konica/Minolta, semble t-il très connue du côté canadien. Détail sympa en disant que nous venions de l’hôtel Radisson nous avons pu monter gratuitement ! Direction le 25ème étage pour avoir un point de vue absolument hallucinant sur les chutes.

Falls Konica-Minolta

Pour finir notre visite des chutes, nous avons décidé de faire un tour en hélicoptère au dessus des chutes, c’était un peu le meilleur pour la fin. La vue était vraiment incroyable et les sensations saisissantes. J’ai pu faire un film, que je vous montrerai ultérieurement.

Helioptre-American Helicoptere-Horseshoes Helicoptere

Une fois notre tour fini, nous avons pris la navette pour retourner sur l’aéroport et pouvoir prendre notre avion.

Cela aura été un très bon week-end du début à la fin, et une nouvelle destination à barrer sur notre liste d’endroits à ne pas louper…

2 commentaires

Jun 02 2009

Les sons du Rico : Les chants khoomei, la suite.

Publié par dans Les sons du Rico

Passons maintenant au 2eme artiste que je voudrais vous faire connaître dans ce nouveau “sons du Rico”. Il s’agit d’Okna Tsahan Tzam… Avouez qu’il est difficile de l’inventer celui ci. ;)

Pour cette fois seulement je vais lâchement reprendre un article que quelqu’un avait particulièrement bien écrit sur sa vie. Tout s’y trouve très bien résumé. 

Ce texte est donc extrait du portrait fait par Nadia Aci sur le site “mondomix.com“.

“Okna Tsahan Tzam voit le jour deux fois. Ses rêves lui avaient conté un autre chemin qu’il ne suivra qu’à l’âge de trente ans selon la voix de ses ancêtres.

Né en 1957 à Elista, sur la longue route qui ramenait les Kalmouks déportés en Sibérie par Staline, Vladimir Kharouev est renommé par sa grand-mère Okna Tsahan Tzam, « la route blanche », ou « route de la joie ». Beau présage pour ce petit-fils de Genghis Khan porteur d’un passé légendaire. Au IXe siècle, le deuxième fils du cyclope Doa-Sokhor, fondateur des Kalmouks, crée la tribu « Baatoude ». Les vêtements de Okna Tsahan Tzam en portent aujourd’hui le sceau. L’esprit des légendes et des vieilles chansons règne dans l’atmosphère familiale du fils qu’on appelle alors « the little old man », lui qui aime écouter cette épopée nommée djangar. Vers six ans, il commence à comprendre. Elle raconte l’histoire d’un Etat idéal, cosmique, dirigé par un homme qui prône l’amour des hommes et de la nature et fait régner la paix.

Mais en Union Soviétique, le régime politique en place est chaotique. Pris dans la mouvance de la jeunesse communiste, Okna s’éloigne du djangar. Il suit un cursus scolaire classique et part faire son service militaire. Rien ne prédestine apparemment ce fan des Pink Floyd, anxieux et scientifique, à devenir l’un des plus grands chanteurs kalmouks actuels. Le chant l’attire pourtant et il aime jouer du tuupshur, un instrument ancestral dont les cordes narrent la genèse du monde : une corde symbolise l’homme, l’autre la femme. Il ne s’imagine pas pour autant chanter et l’idée d’affronter le public lui fait peur. Il commence des études supérieures à son retour de l’armée. Etrangement, ses rêves lui parlent. Ils lui racontent qu’il chante bien et qu’il se réveillera un jour en chantant. Il commence une carrière d’ingénieur. Rêve après rêve, le djangar revient dans sa vie.

A trente ans, il décide de changer de direction. Il abandonne sa carrière pour se consacrer à l’étude du chant khoomei, chant diphonique issu de la tradition chamanique qui permet d’entendre deux voix à la fois. Les angoisses laissent peu à peu place à la sérénité dans l’esprit de ce conteur charismatique qui honore « la respiration la plus juste des hommes anciens ». Après plus de dix ans de tournées internationales, il est reconnu comme le représentant incontournable du chant khoomei. En 1991, il s’impose lors du festival « La route de la soie » organisé par la Maison des Cultures du Monde et finit de conquérir le public parisien au Théâtre de la Ville où il donne de nombreux concerts entre 1998 et 2002. Il est la révélation du Midem 2003 avec son apparition durant la soirée événement « Gaïa » d’Alain Simon qui comptaient des célébrités comme Supertramp, Cesaria Evora ou Manu Dibango. La même année, il compose la musique du film « Shimkent hotel » de Charles de Meaux, avec Melvil Poupeau et Romain Duris.

Shaman voices : a journey in the steppe, sorti en 2004, est le fruit d’une rencontre insolite entre Okna Tsahan Tzam et Claude Samard, professionnel exigeant. Guitariste spécialiste des « guitares du monde », arrangeur, compositeur, producteur, ce musicien polyvalent passionné par la culture mongole a voulu collaborer à la reconnaissance de cet artiste hors du commun. Dans cet album, les sons électroniques renforcent la dimension « transe » de l’univers kalmouk chamanique. La voix de Okna Tsahan Tzam parcourt des steppes lointaines imagées par des sons naturels (vent, chevaux…) et des textes épiques en langue traditionnelle. Ce projet original participe à l’expansion d’une musique encore rare dans l’univers des musiques du monde tout en réconciliant racines et technologie.”

Pour ce son très particulier encore une fois, je vous propose donc quelques chansons tirées de son seul album “Shaman voices : a journey in the steppe”

Nous commençons avec la première : Edjin Duun.

.

Une deuxième, pour la forme : Akhner Duner.

.

Enfin je finirais avec celle-ci, beaucoup moins traditionnelle (en comparaison avec les 2 autres), elle se marrie très bien avec le style plus classique des musiques que l’on écoute chez nous (il s’agit en fait d’un remix) : Davour Ghalzen (Radio Rmx By D. Dalcan).

.

Aucun commentaire

May 29 2009

Merci Interflora :-)

Vous devez certainement vous demander pourquoi je remercie Interflora ?

Voici l’explication :
Il y a un an pour mon anniversaire, ma mère a commandé chez Interflora une composition de plantes qui devaient être livrée le 15 mai (jour de mon anniversaire). Malheureusement il y a eu un problème (Interflora ou le fleuriste local ? peu importe…). Apres de nombreux coups de fil à Interflora (de ma mère et de moi-même), la composition a finalement été livrée, mais seulement 6 jours après ! Ma mère a été tellement déçue que son cadeau n’arrive pas à temps qu’elle a décidé de venir l’année suivante à Boston pour m’offrir elle-même le bouquet (ainsi, elle serait sure que les fleurs arrivent à temps). Vous allez dire, rien d’extraordinaire. Et pourtant si, ce qu’il faut savoir, c’est que ma mère n’aime pas du tout l’avion. Elle ne voulait absolument pas le prendre. Mais pour sa fille, pour la famille, elle ferait n’importe quoi.

Donc, depuis un an, ma mère me parle de venir à Boston une semaine pour mon anniversaire. Au début je n’y faisais pas trop attention, ne voulant pas me faire d’illusion, au cas où la peur serait la plus forte… et finalement, au mois de mars, ma mère a d’abord fait vérifier son passeport, il était valable pour les USA. Ensuite ma sœur s’est proposé de l’accompagner. C’était plus simple comme ca, vu que ma mère ne parle pas un mot d’anglais (c’est plus pratique pour les douanes). Et puis ma sœur a acheté les billets. Le voyage était donc booké : une semaine à Boston du 9 au 16 mai !

J’ai beaucoup stressé, pour ma mère bien sûr, car je peux très bien imaginer ce que c’est d’avoir peur en avion (moi-même je ne suis pas complètement cool en avion), mais aussi pour ma sœur qui devait donc supporter ma mère :-P Bref, avec une petite aide médicamenteuse (le médecin avait prescrit des petits cachets à prendre 3 jours avant le départ), le voyage s’est extrêmement bien passé. Aucun problème, pas de stress ni pour ma mère ni pour ma sœur (seulement un peu pour moi qui attendait impatiemment à l’aéroport).

suv casquettes2 newport

On a donc passé une super semaine toutes les 3. Eric a dû subir l’invasion des femmes Loiodice :-) (je ne crois pas que ca a été trop dur). Et pour mon anniversaire, comme promis, ma maman et ma sœur m’ont apporté des fleurs ! Le plus beau cadeau restant quand même le voyage de ma maman.

bouquet

Voila donc l’histoire, si Interflora ne s’était pas planté, ma maman ne serait peut-être pas venue me voir.

Conclusion, Merci Interflora ;-) et surtout merci maman et Christelle pour être venues nous voir.

2 commentaires

Next »